10 janvier 2012

La vie en rose !


Bonheur, santé, amour, prospérité, réussite, joie, … depuis 10 jours, vous avez reçu 1001 vœux pour 2012. 
Pour ma part, je vous souhaite tout cela et surtout une belle paire de lunettes roses, de lunettes qui filtrent et mettent l’accent sur le meilleur de la vie, de lunettes pour apprécier votre bonheur, votre santé, votre amour, votre prospérité, … pour cultiver la joie et vivre une année féconde dans tous les domaines de votre vie. … parce que je crois que c’est cultiver le sentiment d’être fécond, qui rend fécond ! 





Laissez-moi vous raconter cette histoire que j’adore, transmise par Anné Linden, l’un de mes mentors en Hypnose Ericksonienne :
Une porteuse d’eau allait chaque jour, plusieurs fois par jour à la rivière. De part et d’autre d’une palanche - un bâton de bambou - posé sur ses épaules, se tenaient deux cruches. L’une des deux, fêlée, se vidait à chaque trajet de la moitié de son contenu; elle se sentait très triste et honteuse, de gaspiller ainsi l’eau et les efforts de la porteuse, d’être moins utile que sa voisine … à tel point qu’elle présenta un jour ses excuses à la porteuse d’eau.
Et celle-ci lui répondit : «de ton côté, j’ai semé des graines de fleurs; à chaque passage tu les arrose; elles sont magnifiques, elles me ravissent, elles font la beauté de ma maison; je te remercie d’être comme tu es, parfaitement imparfaite ». 
Ainsi va la vie, parfaitement imparfaite, duelle, faite de positif et de négatif. 
Dans un monde de performance et de dictature du bonheur, nous aspirons à toujours plus de positif, nous nous souhaitons une nouvelle année plussssssssss+++++++++++++++, portant plus de bonheur, plus de prospérité, plus, plus plus, toujours plus …
Bien, si nous n’avons pas la sagesse de la fille aux cheveux de lin et de sa sœur qui souhaitent « que 2012 soit 2012 », alors embrassons ce désir de plus et créons nous-même ce plus ! Développons cette année les conditions et les capacités pour plus une vie mentale et émotionnelle plus écologique
  • d’abord, voir et apprécier tout ce qui est positif, beau, bon dans nos vies.
Le temps et les épreuves de la vie m’ont appris à goûter des plaisirs aussi simples qu’un rayon de soleil posé sur mon visage, la saveur et la chaleur d’un bon thé, …
Quand les circonstances et émotions négatives m’éloignent de la capacité à apprécier ces bonheurs simples, je me fais une cure de MERCI; je note chaque jour sur mon cahier tout ce qui est beau et bon dans ma vie, tout ce que j’ai apprécié dans ma journée; ainsi je programme mon cerveau avec les bons filtres pour la journée suivante.
Et vous que s’est-il passé de beau et de bon dans votre vie ? Et dans votre journée ?
Quand commencez-vous votre cure de MERCI ?
  • ensuite, voir l’opportunité, le positif dans ce qui est réputé négatif
Les pratiques et philosophies orientales m’ont montré l’impermanence et la relativité de toute chose. Dans les contre-temps, dans ce rendez-vous annulé par un client, il y a l’opportunité d’une pause, par exemple. Dans ce désir d’enfant qui a mis du temps à s’incarner et à se concrétiser en une famille nombreuse, il y a eu tout le temps de la rencontre de mon histoire, de celle de ma famille, de la naissance à soi-même …
Derrière tout évènement réputé négatif, il peut y avoir du sens, à la fois des significations multiples et des opportunités diverses, des directions nouvelles à embrasser. C’est un entraînement, une gymnastique de flexibilité que de les voir; c’est notre responsabilité que de considérer tous les sens possibles d’une situation et de décider lequel nous privilégions. Cela détermine tant nos émotions que nos actions. Quoi qu’il arrive, nous décidons, alors offrons-nous du CHOIX !
Notez et félicitez-vous chaque fois que vous transformez l’adversité en nouvelle opportunité !
  • aussi, accueillir les « émotions dites négatives »
Parce que notre véhicule psychique est fait de dualité, et culturellement formaté pour filtrer le négatif, plutôt que le beau et le bon, nous ressentons des émotions négatives.
A vouloir voir la vie en rose, la tentation serait grande de vouloir ignorer, nier ces émotions « réputées négatives »; cela serait se mentir et surtout, risquer de les somatiser.
Il semble sain de les laisser s’exprimer, de vivre et dire ses émotions avec authenticité quand elles apparaissent : être triste devant un test de grossesse négatif, dire sa colère à une personne indélicate, être conscient de sa peur de ne pas réussir, … c’est humain, naturel, souvent sain, dès lors que l’on peut rapidement prendre soin de la partie en soi qui souffre, pour un temps approprié, sans emphase, sans cultiver ces émotions plus que nécessaire. Pour cela nous serons attentifs à nos représentations mentales, à notre dialogue intérieur, à toutes ces fatigues et ces ruminations, à ces images est ces mots que nous choisissons inconsciemment et qui mécaniquement alimentent le cercle vicieux des émotions dites « négatives ».
Dans le baromètre des émotions, vous pourrez retrouver toutes les émotions qui vous habitent cycles après cycles et dresser votre propre carte des émotions. Les visualiser, entrevoir les enchaînements, sera un premier pas pour les accueillir sans les laisser vous dominer.
  • nous préférerons cultiver le cercle vertueux des « représentations et émotions positives »
Par exemple, moi j’étais une grande adepte du « mais »; j’annulais dans beaucoup de mes phrases le positif d’une situation par toutes ces soit-disant imperfections; je voyais le film en couleurs d’une situation agréable et me sentait obligée de décrire les quelques scories, photos figées, en noir et blanc, venues entacher ma représentation. Je vivais ma joie et mon plaisir en demi-teinte, dans l’objectif de donner la représentation la plus objective et équilibrée des choses.
Plus je suis attentive aux mots que je choisis, plus je peux remplacer le « mais » par le « et » quand je veux associer les aspects positifs et les points d’insatisfaction ou d’amélioration d’une situation; j’associe au lieu d’annuler, j’additionne au lieu de soustraire, c’est un premier pas. Je mieux encore, c’est quand je m’en tiens au positif. Je le fais de plus en plus et croyez-moi, je me sens plus légère et joyeuse !
Voir, entendre, sentir, goûter le positif en tout, c’est bon pour les émotions et le moral, c’est bon pour les relations, et c’est bon pour … l’attraction ! Et oui, comme nos collègues, nos amis, nos chéris, et nos enfants à venir, préfèrent quand les énergies positives circulent. Les énergies positives que nous produisons attirent et créent des circonstances favorables. Alors cultivons la joie et le sentiment d’être fécond ! 
« cultiver le sentiment d’être fécond, rend fécond » 

1 commentaire:

  1. Mmmmh ces lunettes roses... Comme je les aime!!
    D'ailleurs ça me rappelle une conversation qu'on a eue à ce sujet il y a quelque temps - que c'est bon de s'y replonger!
    Et ça me donne une idée: je vais partir en quête de vraies lunettes roses ce week-end :)))
    (ça pourra me motiver, surtout dans les 15 jours qui suivent!)
    Gros bisous ma toute belle, avec ses jolies lunettes (d'ailleurs en parlant de jolies lunettes, quel retour après quelques semaines? ;) )
    Kaymet

    RépondreSupprimer

Maintenant c'est à vous ... de partager ce que ce billet vous inspire.