13 mai 2011

CE SOIR J'OVULE

… ou « L’histoire d’une femme qui voulait un enfant ».
 

Cette femme c’est Clara, 35 ans.

Auprès de l’homme qu’elle aime, elle a découvert le désir d’un enfant. 

Et sur le chemin qui devrait la conduire de la contraception à la conception, alors qu’il ne semble y avoir qu’un pas à faire, qu’une toute petite syllabe à enlever, une petite plaquette de pilule à jeter … elle se perd. L’enfant ne vient pas et l’univers de Clara, bien vite, bascule.  

Elle se perd dans l’attente; elle se perd dans un parcours médical qui laisse paradoxalement bien peu de place à la vie, qui épuise les corps et les cœurs, qui finit par se transformer en acharnement thérapeutique sans éthique. 

Elle perd de vue l’amour, celui qu’elle voulait donner, celui qui la relie à son compagnon; les voilà embarqués dans la tourmente d’une sexualité fonctionnelle et sur ordonnance, blessés par un dialogue de sourds, alors que les vécus et les priorités semblent diverger.

Clara se sent au bord de la folie : est-elle devenue cette femme aux émotions à fleur de peau, aux comportements irrationnels, au corps et au cœur meurtris qu’elle croit voir dans le miroir, et dans le regard des autres ? 
Dans les propos des autres justement, entre questions indiscrètes, conseils maladroits et jugements à peine déguisés, Clara a de quoi douter d’elle-même et de son désir. De réel soutien et de compassion,  elle en recevra pour ainsi dire pas. Qu’a-t-elle donc fait pour mériter cela ? 

Cette histoire, qui vous rappelle peut-être la vôtre, c’est celle de Carlotta Clerici, auteur de théâtre et metteur en scène.
Une fois devenue maman, elle a replongé dans son expérience de quelques années en terre d’infertilité et a su mettre en valeur le caractère comique et universel de son vécu et nous offrir un monologue savoureux et plein d’humour. 

C’est Catherine Marchal, comédienne lumineuse, qui a proposé toute l’année 2010 au Théâtre des Mathurins, une interprétation juste, drôle et émouvante de ce monologue, dans une mise en scène de Nadine Trintignant. 

Cette histoire intime et douloureuse est devenue une œuvre féconde, qui a su rencontrer un public varié. Peut-être parce que ce texte interroge subtilement la portée sociale de l’infertilité et concerne finalement tout un chacun :  Comment cette souffrance de la sphère intime trouve-t-elle son écho sur la scène sociale ? Quel pacte social trahissent les femmes qui ne parviennent pas à mettre au monde un enfant ? Comment le désir de maîtrise par la femme de son corps et de son destin est-il interrogé par l’exigence de fécondité ?


La pièce ne se joue, à ma connaissance, pas actuellement.
En attendant, vous pourrez la découvrir en lisant quelques extraits, en visionnant une vidéo, ou une interview sur LCI.
Le texte intégral est aussi disponible chez l’éditeur ou dans quelques points de vente spécialisés.

Et c’est un texte à lire !
Ce témoignage donne l’occasion de s’identifier, de reconnaître dans l’histoire de Clara des faits, des émotions, un dialogue intérieur, que nous connaissons tellement  bien, et de se sentir moins seule.
Et son format théâtral offre une opportunité rare de prendre de la distance et surtout de rire, du comique de ces situations tellement familières.

Et c’est un texte à partager, à offrir, à laisser traîner sur une table, pour un compagnon pudique, pour une amie qui n’ose pas nous parler, pour une mère qui semble ne pas comprendre, … partager pour faire évoluer le regard, la conscience et peut-être engager le dialogue
  
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Maintenant c'est à vous ... de partager ce que ce billet vous inspire.