1 octobre 2016

"Tu concevras dans la douleur" Témoignage


Faire un bébé par insémination, voilà qui pourrait sembler être un parcours « simple » en matière de PMA, en réponse à une désormais « banale » histoire d’infertilité ?

Mais dans chaque histoire, dans chaque parcours, quels que soient leur degré de complexité, que de questionnements à accueillir, que d’émotions à transformer, que d’expériences inattendues à intégrer !

Décider de faire un bébé, tomber enceinte, vivre une fausse-couche, vivre et revivre encore le « monstruel » cycle menstruel tout en cherchant « la recette miracle » pour faire un bébé, enchaîner les examens médicaux, expérimenter la Procréation Médicalement Assistée, préserver sa vie de couple, ajourner ses projets, adapter sa vie professionnelle, souffrir de l’infertilité dans sa vie familiale et relationnelle, … toutes ces expériences, au cœur de quasiment tous les parcours d’infertilité, sont racontées avec sincérité dans un style empreint de simplicité et de fraîcheur par Mathilde G.

Voici un court extrait de son récit, suivi de notre échange. A lire pour comprendre, pour se préparer, pour se retrouver. Bonne lecture !
Pourquoi moi ?
La conception est surement la seule chose qu’on ne maitrise pas dans la vie.
Moi qui suis du genre à tout contrôler, j’admettais encore moins ce fruit (pourri) du hasard.
La première question qu’on se pose, c’est bien sûr :
Pourquoi moi ?
Nous n’avons aucune réponse et nous devons faire avec. C’est hélas le seul moyen de continuer à vivre.
On se dit aussi :
Est-ce que je suis normale ?
Bien sûr que oui. Du moins techniquement et médicalement oui !
Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ?
J’ai souvent pensé que mes erreurs du passé me punissaient.
Mais personne ne devrait subir ce châtiment. Concevoir dans la douleur.
Nous ne méritons pas ce qui nous arrive mais une chose est sure, l’énergie et le désir pour avoir ce bébé ne seront pas donnés en vain…
Je ne suis pas faite pour être mère.
Je l’ai souvent dit sans le penser.
Je sais que je serai une bonne mère.
Et vous aussi.
Il aurait dû choisir une autre femme, capable de lui donner des enfants.
J’ai dû le dire aussi… mais c’était avec moi qu’il en voulait. Et même si ce n’était pas possible, il existait toujours des solutions.
Pour votre homme c’est pareil. Ou alors c’est un con qui ne vous mérite pas.
Et si ça ne marche pas ?
Alors libre à chacune de trouver un sens à sa vie. A ce moment, je n’en voyais aucun.

 
L’interview

1001 fécondités – Mathilde, comment est né ce livre ? De quel parcours ? De quelle nécessité ?

Mathilde Grimault  -  Ce livre était à la base mon journal intime. Lorsque je suis entrée en PMA, je n’arrivais plus à canaliser mes émotions, à exprimer ce que je ressentais et comme j’ai toujours aimé écrire, je me suis servie de ce journal comme « auto-thérapie ». Je pouvais y mettre mes colères, mes peurs, mes espoirs sans être jugée. Il m’a permis aussi de prendre du recul sur ma situation, de relativiser et d’apaiser certaines pensées négatives.

Je l’ai écrit régulièrement, à chaque besoin et jusqu’au jour précis où j’ai appris que j’étais enfin enceinte !

Je l’ai laissé de côté jusqu’à la naissance de ma fille…et je me suis rendue compte que cet écrit ne devait pas rester dans l’ombre ! Bien au contraire, il permettrait à d’autres femmes de mieux appréhender la PMA (autrement que par tous les termes médicaux qui ne veulent rien dire) et de soutenir des couples qui traversent eux aussi ces moments si difficiles. Même si ce livre s’adresse plutôt aux femmes, j’essaie de ne pas oublier nos hommes qui souffrent à leur manière et à rappeler que préserver son couple est une lourde mission mais pourtant capitale.

J’ai donc retravaillé mon journal pour en faire un livre et cherché un éditeur.

 
1001 fécondités – « Pourquoi-moi ? » c’est le titre de l’un de vos chapitres. Est-ce qu’à ce jour vous avez le sentiment d’avoir donné du sens à votre difficulté fertile et à votre parcours ? Et si oui, est-ce que cela a contribué à votre acceptation d’une conception par PMA ?

Mathilde Grimault  -  C’est une question que l’on se pose toutes. « Pourquoi moi ? » Dans notre cas, l’infertilité étant « inexpliquée », on se sentait plus incompétents que responsables je crois. C’est comme une punition qu’on subit en étant certain de ne pas l’avoir méritée. Mais alors… pourquoi ?

Aujourd’hui je n’ai pas le sentiment que ce parcours devait être le mien. Je garde d’ailleurs l’espoir de réussir naturellement un 2ème enfant. Je ressens toujours de l’incompréhension dans cette épreuve et de la frustration. Par contre, je réalise depuis la sortie de mon livre que je peux aider beaucoup de personnes grâce au partage de mon « expérience » et que même à petite échelle, il est important de se battre pour faire évoluer les mentalités.

Disons que je mène désormais un « nouveau combat » que j’ai choisi (et non subi) et que mon livre m’apporte plein d’épanouissement personnel, de belles rencontres et donne un sens à mon parcours.

 
1001 fécondités – « Si je dois dire à ma fille d’où elle vient, je ne dois pas en avoir honte mais en être que plus fière » écrivez-vous. Qu’est-ce qui vous a permis de passer de la honte à la fierté d’avoir conçu votre enfant avec une aide médicale ?

Mathilde Grimault  -  Tout d’abord ma fille bien entendu. Puisqu’elle est la preuve vivante que ça peut marcher et que nous avons eu raison de tout faire pour l’avoir. J’avoue avoir mis du temps à me sentir maman, ce qui est déroutant puisque j’ai tant espéré le devenir ! Je n’y croyais plus et j’ai réalisé que nous avions réussi quelques mois après sa naissance…

Et ensuite, mon livre puisque c’est vraiment grâce à l’écriture que j’ai pu accepter mon parcours et en devenir fière. Si je n’avais pas publié, je ne pourrais pas en parler avec autant de liberté et de facilité.

Je peux enfin prononcer les mots que j’ai écrits, pour justement empêcher qu’une autre femme souffre en silence de l’infertilité.


1001 fécondités – Vous évoquez l’importance de sortir du silence autour des fausse-couches, de l’infertilité ; et de bien s’entourer,. Pouvez-vous nous en dire plus sur les différents types de personnes à mobiliser autour de soi ?

Mathilde Grimault  -  En effet lorsqu’on vit ce parcours, on a très vite tendance à se couper de tout. De ses amies qui y arrivent trop facilement, des repas de famille où on ne parle que de ça, du sport parce qu’on a peur de faire une fausse couche au cas où ça marche et du travail parce que concilier vie professionnelle et vie au CHU c’est un sacré challenge !

On nous dit « de ne pas y penser », donc on préfère ne pas en parler !

Avec le recul nécessaire, je me rends compte que c’était une énorme erreur. Je conseille donc d’oser en parler même si je sais que c’est extrêmement difficile. L’entourage ne peut pas comprendre certaines réactions s’ils ne sont pas au courant et risquent d’autant plus de nous blesser par des phrases très maladroites.

Il faut trouver de bonnes amies pour partager tous ces moments. Je dirais même une amie qui n’a pas de souci ou n’est pas dans un projet bébé (parce qu’elle saura vous faire relativiser et vous distraire) et une amie qui connait ce que vous traversez (parce qu’on a aussi besoin de pouvoir parler librement avec quelqu’un qui comprend tous les termes et qui partagent nos émotions).

L’entourage familial peut être important aussi, selon les relations qui existent. Beaucoup de personnes de ma famille n’étaient pas au courant et l’ont appris par mon livre. Je comprends leur réaction d’étonnement, de gêne voire de vexation. Certains ont compris que ce n’était pas simple et seront présents à nos côtés si nous devions repasser par là. D’autres ne seront tout simplement jamais les bonnes personnes pour en discuter.

Enfin, je ne savais même pas qu’une cellule d’écoute et de partage existait dans le CHU où j’ai fait mes inséminations ! J’y serais sans aucun doute allée pour me sentir moins seule.

C’est propre à chacun et à chaque personnalité bien sûr mais rester dans le silence, à ruminer en couple n’aide pas. Surtout qu’on ne se comprend pas toujours entre mari et femme sur ce sujet si sensible.

 
1001 fécondités – Le soutien de votre mère semble avoir été fondamental, en même temps que vous mentionnez son propre parcours douloureux pour avoir des enfants et le fait que « comme elle » vous alliez « galérer ». Faites-vous un lien entre vos vécus autour de la maternité, de mère en fille ?

Mathilde Grimault  -  Ma maman était en effet un pilier dans cette épreuve. Le fait qu’elle ait elle aussi connu des difficultés (pas de PMA mais de nombreuses fausses couches) m’a permis de me libérer plus facilement et de sentir rapidement encouragée.

Psychologiquement, il est tout à fait possible que je me sois conditionnée à échouer: «  elle a eu du mal, j’en aurai aussi ». Je pense d’ailleurs que ce genre de souci peut être plus ou moins génétique ?

Le partage de ce très lourd passage de ma vie nous a indéniablement rapprochées, sans parler du nouveau lien qui nous unit : ma fille !

 
1001 fécondités – Merci Mathilde

Je vous remercie Estelle d’avoir pris le temps de lire mon livre et d’avoir répondu si rapidement présente pour en faire une interview.


Le livre

Se procurer le livre

 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Maintenant c'est à vous ... de partager ce que ce billet vous inspire.