30 octobre 2011

Dame Nature


Peut-on faire un enfant sans Dame Nature? 
Curieuse question, j’en conviens !
Posée ainsi, elle me rappelle les sujets de philo de classe prépa sur le thème de la Nature … 
En fait, elle m’est venue à la lecture de réactions de plusieurs femmes ayant vécu des échecs dans leurs traitements de PMA et auprès desquelles Dame Nature a très mauvaise presse. Et la question serait plutôt : « Peut-on faire un enfant en éprouvant de la colère à l’égard de la Nature, en l’insultant, en la combattant, en engageant une sorte de bras de fer avec elle
N’est-ce pas alors, au-delà de la personnification d’une nature ennemie, notre propre nature que nous combattons, notre propre pulsion de vie que nous interrogeons, notre propre humanité, qui est aussi faite de notre dimension physique et de notre part d’animalité, que nous insultons ? » 

Cette colère, je l’ai moi aussi ressentie, ces insultes je les ai également proférées, cette défiance, cet esprit de combat, cet humour grinçant, je les ai aussi cultivés, un temps, probablement pour tenir debout, pour survivre, croyais-je, pour ne pas m’abandonner, pour rassembler les morceaux épars et fatigués de mon ego dévasté, pour m’accrocher à ce que je pensais être un reste de dignité, pour ne pas sombrer … et ce combat agissait, me dis-je maintenant, comme un puissant contraceptif, paradoxalement. 
Et le jour est venu où j’ai pu lâcher, laisser aller ces combats devenus inutiles, fondre mon petit ego dans un sentiment d’appartenance plus vaste à la vie, retrouver ma part animale; ainsi il est devenu possible de préserver mon énergie pour la vie, de chérir ma nature profonde, de renaître à mon corps vibrant, vivant, et d’enfin faire alliance avec Dame Nature la merveilleuse
Et un chemin s’est ouvert : dépasser la volonté de contrôle; accepter notre condition de « mutants »; accueillir la nécessité de s’allier à Dame Nature la merveilleuse en même temps qu’à Dame Médecine la bienfaitrice, associer la Nature et la Culture; refaire corps avec les éléments, avec notre condition animale; réunir corps et âme, réconcilier tête et cœur, pensées et émotions; aller au-delà des conflits et des combats intérieurs, … pour co-créer, accueillir la vie et progresser sur le chemin d’une vie plus féconde. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Maintenant c'est à vous ... de partager ce que ce billet vous inspire.